Retraite : mode d'emploi

Préparer sa retraite

 

dependent-100343_960_720

 

En France, il existe de nombreux régimes de retraite gérés par 35 organismes différents. Votre régime de retraite dépendra de la (ou des) profession que vous avez exercé et de votre statut (salarié du secteur privé, du secteur public, du secteur agricole, profession libérale, commerçant, artisan…).
Pour connaître le ou les régimes de retraite (de base et complémentaires) auxquels vous avez été affiliés, vous pouvez consulter le  « Tableau des régimes de retraite suivant votre catégorie professionnelle ».

Depuis la réforme des retraites de 2010 l’âge du départ à la retraite  a été relevé de 60 à 62 ans et de 65 à 67 ans pour bénéficier d’une retraite à taux plein. Ce relèvement s’est progressivement fait jusqu’en 2018.

La préparation à la retraite démarre au minimum deux ans avant le départ souhaité. La première démarche à effectuer est de demander à votre caisse de retraite, un relevé de carrière. Une fois votre carrière reconstituée vous saurez précisément à quelle date vous pourrez prendre votre retraite.

Afin de connaitre la suite du processus n’hésitez pas à consulter nos différents articles ci-dessous :

 

Pour tout savoir sur la retraite, un site incontournable : le GIP Info retraite.

Il coordonne l’action des différents régimes en vue d’assurer la mise en œuvre du droit individuel des assurés à l’information sur leur retraite (site commun aux 35 organismes de retraite obligatoire).

Vous pouvez aussi consulter

La demande de départ à la retraite en vidéos avec l’Assurance retraite : 

 

Pour aller plus loin : Le guide du nouveau retraité – La retraite progressive 

 

Mis à jour : Avril 2020

Retraite : mode d'emploi

Les régimes de retraite

Les caisses de retraite suivant votre catégorie professionnelle

Petit point histoire : « Le premier régime de retraite a été créé pour les marins en 1673, celui des fonctionnaires civils et militaires a été instauré en 1853. La généralisation des retraites, en France, s’est opérée à partir de 1930 avec la création des « assurance sociales ». Les régimes de la Sécurité Sociale et de la Caisse Nationale de Retraite des Agents des Collectivités Locales (CNRACL) ont été mis en place à partir de 1945. »

En France, trois grandes catégories de régimes de retraite existent :

  • Le régime des salariés du secteur privé,
  • Le régime des salariés du secteur public,
  • Le régime des non-salariés : artisans, commerçants, professions libérales et agriculteurs.

Les régimes des salariés

Salariés dans l’agriculture
MSA
Mutualité Sociale Agricole
ARRCO
Association des régimes de retraites complémentaires
AGIRC
Association générale des institutions de retraite des cadres
Salariés de l’industrie, du commerce et des services
Régime de la Sécurité Sociale
CNAV-CARSAT
Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse – Caisses de retraite
Agents non titulaires de l’États
IRCANTEC
Personnel navigant de l’aviation civile
CRPN
Salariés avec statut particulier
Banque de France, Retraite des Mines, CNIEG (gaz, électricité), CRPCF (comédie française), CRPCEN (clercs et employés de notaires), ENIM (marins), CROPERA (Caisse de retraites du personnel de l’Opéra de Paris), PORT AUTONOME DE STRASBOURG, RATP, SNCF

Les régimes des fonctionnaires

Fonctionnaires de l’État, magistrats et militaires
SERVICE DES PENSIONS DE L’État
RAFP
Retraite additionnelle de la fonction publique
Agents de la fonction publique territoriale et hospitalière
CNRACL
Caisse Nationale de Retraites des Agents des Collectivités Locales
Ouvriers de l’État
FSPOEIE
Fonds Spécial des Pensions des Ouvriers des Etablissements Industriels de l’État

Les régimes des non-salariés

Exploitants agricoles
MSA
Mutualité Sociale Agricole
Retraite de base + complémentaire
Artisans, commerçants et industriels
Sécurité sociale des indépendants (ex RSI)
Retraite de base + complémentaire
Professions libérales
CRN : Notaires
CARPIMKO : Infirmiers, kinés
CAVOM : Officiers ministériels
CARPV : Vétérinaires
CARMF : Médecins
CAVAMAC : Agents assurance
CAVEC : Expert-comptable
CIPAV : Architectes, etc…
CNAVPL
Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse des Professions libérales
Retraite de base + complémentaire
Artistes, auteurs d’œuvres originales
CNAV/CARSAT
Régime de la Sécurité Sociale
IRCEC
Institution de Retraite Complémentaire de l’Enseignement et de la Création
Patrons pêcheurs embarqués
ENIM
Etablissement National des Invalides de la Marine
Membres des cultes
CAVIMAC
Caisse d’Assurance Vieillesse, Invalidité et Maladie des Cultes
ARRCO
Depuis 2006

 

Mise à jour : Mai 2018

Retraite : mode d'emploi

Demander son relevé de carrière

Afin de préparer sa retraite, il vous faut demander votre relevé de carrière au moins deux ans avant l’échéance souhaitée. Il faut s’enquérir d’une reconstitution de carrière auprès de votre caisse de Sécurité sociale et de vos caisses de retraite complémentaire. Quant à l’organisme auprès duquel vous avez cotisé, il vous faut demander un relevé de compte

Beaucoup de régimes envoient systématiquement ces relevés.

Une fois que vous avez reçu ces papiers :

  • Vérifiez si toutes vos périodes d’activité ont bien été recensées. Si certaines périodes manquent, vous devez formuler une réclamation en apportant des preuves (bulletins de salaire, attestations patronales…).
  • Une fois votre carrière reconstituée, vous saurez précisément à quelle date vous pouvez demander votre retraite. Pensez toutefois, qu’il faut faire votre demande de liquidation six mois au moins avant la date de départ souhaité.
  • Lorsque vous avez obtenu la liquidation de la retraite de base, vous pourrez alors demander celle de votre retraite complémentaire.
    N’hésitez pas à prendre rendez-vous auprès d’un conseiller de votre caisse de retraite qui vous aidera à retracer votre carrière, calculera vos droits et vous indiquera à quel moment vous pourrez partir.

Depuis 2010, vous pouvez, à partir de 55 ans, avoir une estimation globale de votre pension retraite.

Plus d’informations

Demander le relevé de carrière sur le GIP Info-Retraite ou prendre rendez-vous.
Obtenir des informations sur le relevé de carrière auprès de l’Assurance retraite
Vous pouvez accéder aux informations de votre relevé de carrière en ligne gratuitement sur Internet.

Pour les salariés du régime général
CARSAT Midi-Pyrénées
Tél. 3960 (coût d’un appel local depuis un poste fixe) ou 09 71 10 39 60 (coût d’un appel local depuis une box)
www.carsat-mp.fr
Carsat Midi-Pyrénées
2, rue Georges Vivent
31065 Toulouse Cedex 9
Accéder à la demande de relevé de carrière sur le site de l’Assurance retraite : s’inscrire et créer son compte
Pour les exploitants et ouvriers agricoles
MSA Midi-Pyrénées Sud
Tél. : 05.61.10.40.40
www.msa-mps.fr
MSA Midi-Pyrénées Sud
78 voie du TOEC
31064 TOULOUSE Cedex 9
Accéder à la demande de relevé de carrière sur le site de la MSA : créer son espace privé
Pour les indépendants (artisans, commerçants…)
Sécurité Sociale Indépendante
https://www.secu-independants.fr/?reg=midi-pyrenees
Accéder à la demande de relevé de carrière sur le site de la Sécurité Sociale Indépendante: s’inscrire et créer son compte

Si vous êtes affilié à un régime différent, rapprochez-vous de votre organisme de retraite.

Le relevé de carrière en vidéo avec l’Assurance Retraite : 

Mise à jour : Avril 2020

Retraite : mode d'emploi

Calculer sa retraite

Pour pouvoir partir à la retraite, vous devez avoir l’âge légal de départ. Le montant de votre retraite dépend de votre durée d’activité, de votre âge de départ et de vos revenus d’activité. Les pensions de retraite se composent en général de la retraite de base et de la retraite complémentaire qui n’ont pas le même mode de calcul.

Évaluer le montant de sa retraite

mzl_fuogtqmd

Vous souhaitez vous faire une idée du montant de votre future retraite ?
L’Assurance Retraite met à votre disposition sur son site, des informations pratiques pour vous y aider et un outil de simulation (créer auparavant son espace personnel).

                                                           

 

flat-2126885_960_720  Attention : les modalités de calcul des retraites des fonctionnaires ou des salariés relevant de régimes spéciaux sont différentes. Renseignez-vous auprès de vos caisses de retraite.

Plus d’informations :

  • L’Assurance Retraite de la Sécurité Sociale (retraite de base des salariés de l’industrie, du commerce et des services)
  • GIP Info retraite coordonne l’action des différents régimes en vue d’assurer la mise en œuvre du droit individuel des assurés à l’information sur leur retraite (site commun aux 35 organismes de retraite obligatoire)
  • GIE AGIR-ARRCO (retraites complémentaires du régime de base de la Sécurité Sociale et de la MSA)

Le calcul de la pension de retraite

calculator-23414_960_720Le montant de la pension de base équivaut, quand toutes les conditions sont réunies, à 50% du salaire de référence appelé « salaire annuel moyen » calculé sur la base de vos 10 à 25 meilleures années de cotisations.

Pour obtenir cette moyenne, on n’utilise pas le salaire tel qu’il apparaît sur les fiches de paie des années passées : le salaire perçu est revalorisé suivant une grille actualisée chaque année en fonction de l’évolution des prix (voir les barèmes site de la CNAV)

Dans le cas le plus fréquent, celui du régime général, la retraite de base est calculée et versée par la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV), tandis que la retraite complémentaire est versée par l’Arrco, pour tous les salariés, à laquelle s’ajoute l’Agirc pour les cadres.

flat-2126885_960_720 Attention : Si vous avez exercé des activités relevant de régimes différents, vous devez faire la demande auprès de chaque caisse de retraite et vous percevrez autant de pensions différentes.

La retraite complémentaire

Votre retraite complémentaire est calculée en points. Au moment de la retraite, tous les points accumulés sont additionnés, le total des points est multiplié par la valeur du point à la date de votre départ.

En fonction de votre statut professionnel, les régimes complémentaires différent également :

Les plus généralistes :

  • ARRCO : régime de retraite complémentaire des salariés
  • IRCANTEC : pour les agents non titulaires de l’État et des Collectivités publiques
  • RAFP : Retraite additionnelle de la fonction publique
  • AGIRC : régime complémentaire pour les cadres.

grandma-2198060_960_720La retraite complémentaire n’est jamais attribuée automatiquement : il faut en faire la demande auprès de l’organisme auquel vous êtes rattaché. Pour faire cette demande, il est nécessaire d’avoir effectué au préalable une reconstitution de carrière qui récapitule toutes vos périodes d’activité.

Pour avoir plus de détails sur le calcul des points, vous pouvez vous reporter au site du GIE AGIRC-ARRCO.

Majorations de la pension de retraite

Bonification pour enfants : votre pension est augmentée de 10 %

  • si vous avez eu trois enfants
  • si vous avez élevé trois enfants pendant au moins neuf ans avant leur 16e anniversaire
  • si vous avez eu deux enfants et si vous en avez élevé un 3e dans les conditions ci-dessus.

La pension de réversion

Le conjoint d’un assuré décédé a droit, en fonction de ses ressources, à une pension de réversion versée par le régime général.

Plus d’informations : service-public.fr

 

Mise à jour : Mai 2018

Retraite : mode d'emploi

La retraite à taux plein


L’obtention d’une retraite à taux plein

La retraite à taux plein signifie que vous bénéficiez du taux maximal de 50 % pour le calcul de votre niveau de pension. Votre retraite sera équivalente à la moitié (50 %) de votre salaire annuel moyen, calculé sur la base de vos 25 meilleures années.

Vous pouvez obtenir une retraite à taux plein :

  • Au plus tard à l’âge du taux plein automatique (entre 65 et 67 ans selon votre date de naissance), quel que soit le nombre de trimestres validés.
  • l’âge légal de la retraite, si vous réunissez le nombre de trimestres requis (de 160 à 166 selon votre date de naissance). Faute du nombre de trimestres nécessaire, le taux plein subira une décote.
  • Avant l’âge légal si vous réunissez les conditions d’une retraite anticipée (carrière longuecarrière péniblehandicap…).
  • Entre l’âge légal et l’âge du taux plein, si vous êtes reconnu inapte au travail.

L’obtention d’une retraite pleine

Lorsque vous remplissez les conditions d’une retraite à taux plein, vous avez droit à une retraite pleine uniquement si vous avez cotisé le nombre de trimestres requis pour votre génération (160 à 166 trimestres). Dans le cas contraire, votre retraite n’est pas « pleine », bien qu’elle soit à taux plein.

Le cas le plus courant est celui des personnes qui atteignent l’âge du taux plein automatique (65 à 67 ans) avec un nombre de trimestres insuffisant.

Par  exemple, un assuré né en 1957, âgé aujourd’hui de 66 ans, a droit automatiquement à une retraite à taux plein de 50 %. S’il n’a cotisé et validé que 120 trimestres au cours de sa carrière, il ne dispose que de 75 % de la durée d’assurance requise (120 trimestres sur les 160 exigés pour sa génération).

Sa pension s’élèvera dans ce cas à 50 % de 75 % de son salaire annuel moyen des meilleures années. Autrement dit, il percevra 37,5 % de son salaire annuel moyen des meilleures années.

Pour bénéficier d’une retraite à taux plein

L’âge du taux plein, qui permet de partir à la retraite sans décote même si l’on n’a pas la totalité de ses annuités, est progressivement porté de 65 à 67 ans.

Votre date de naissance Âge légal Âge du taux plein
Avant le 1er juillet 1951 60 ans 65 ans
Du 1er juillet au 31 décembre 1951 60 ans et 4 mois 65 ans et 4 mois
Année 1952 60 ans et 9 mois 65 ans et 9 mois
Année 1953 61 ans et 2 mois 66 ans et 9 mois
Année 1954 61 ans et 7 mois 66 ans et 7 mois
Année 1955 62 ans 67 ans

Pour percevoir une pension complète au taux maximal de 50% (taux plein), il faut avoir cotisé un certain nombre de trimestres.
Le nombre de trimestres exigé varie en fonction de votre date de naissance :

Année de naissance Durée de cotisation
1948 ou avant 160 trimestres (40 ans)
1949 161 trimestres (40 ans et 1 trimestre)
1950 162 trimestres (40 ans et 2 trimestres)
1951 163 trimestres (40 ans et 3 trimestres)
1952 164 trimestres (41 ans)
1953 – 1954 165 trimestres (41 ans et 1 trimestre)
1955 et suivantes 166 trimestres (41 ans et 2 trimestres)

Pour un départ à la retraite à l’âge légal

Vous avez validé le nombre de trimestres nécessaire,  vous pouvez :

  • arrêter de travailler et percevoir votre retraite à taux plein
  • rester en activité quelques années supplémentaires pour arrondir votre pension de retraite en bénéficiant d’une surcote.

Vous n’avez pas accumulé un nombre suffisant de trimestres, vous pouvez :

  • poursuivre votre activité pour atteindre le taux plein automatiquement attribué entre 65 et 67 ans, selon votre année de naissance
  • liquider quand même votre retraite, votre pension est alors calculée avec un taux minoré et vous subissez alors une décote définitive.

Pour améliorer les retraites des femmes

Ces nouvelles affectent surtout les femmes, qui doivent souvent atteindre le seuil des 67 ans pour toucher une retraite à taux plein car elles ont moins cotisé (carrière plus courte, notamment du fait de la  maternité).
Pour compenser les différences de carrière, les indemnité journalières perçues pendant le congé maternité entrent désormais dans le salaire de référence pour le calcul de la pension de retraite. Malgré cela, son montant reste inférieur à celui des hommes. La retraite des femmes est encore au cœur des débats.

Par ailleurs, la loi prévoit que les mères (ou les pères) de 3 enfants, nées entre 1951 et 1955 inclus, pourront continuer à partir à la retraite sans décote dès 65 ans, à condition qu’elles aient arrêté de travailler pendant au moins un an dans les 3 ans suivant la naissance de l’un ou de tous leurs enfants.

Le texte prévoit également que les parents d’enfants lourdement handicapés, ayant nécessité une présence auprès d’eux, pourront continuer à partir à la retraite sans décote dès 65 ans.

Pour aller plus loin : La surcote – retraite

Mise à jour : Mai 2018