Articulation du temps de vie

Le temps, facteur discriminant

Les questions du temps et du partage des tâches domestiques sont au centre des problématiques de l’égalité femmes hommes.
Les femmes ont constitué pendant longtemps un « réservoir de temps » pour la famille. Elles s’acquittent toujours de 80 % des tâches ménagères, du soin des enfants et des personnes âgées devenues dépendantes. Ce travail gratuit de l’économie domestique constitue encore aujourd’hui une large part de l’emploi du temps des femmes et reste un facteur discriminant pour leur insertion professionnelle et sociale. Elles consacrent aux responsabilités domestiques et familiales le double de ce que consacrent les hommes. Dans cette optique, il n’est pas possible de corriger les disparités femmes hommes dans la sphère professionnelle si l’on ne tient pas compte de l’interdépendance du temps.
Articuler les temps privés (tâches domestiques, maternité, enfants en bas âge, soin aux personnes âgées) et les temps professionnels devient un enjeu des politiques familiales et de l’emploi pour garantir aux femmes un égal accès au marché du travail. Dans un objectif de parité et de cohésion sociale, l’équilibrage des rôles sociaux doit être une des priorités de la société de demain.
La mise en place des congés parentaux et de paternité, censés mieux répartir la prise en charge de l’élevage des enfants, n’atteint pas l’efficacité attendue et prendre un congé parental reste le fait des femmes. Le poids des traditions culturelles pèse encore, ainsi que les obstacles posés par les entreprises, pas toujours favorables à l’absence des pères.
Ces barrières on pour effet de pénaliser toujours plus les femmes qui prennent des congés parentaux longs pour pallier le manque de structures d’accueil des enfants en bas âge et le désengagement des pères de la sphère familiale. Retour à l’emploi difficile, moindre possibilité de promotion, manque d’accès à la formation marginalisent les femmes en entreprises sur des périodes trop longues. Quant aux pères, leur priorité reste le travail, premier facteur d’épanouissement dans leur vie, ce qui explique leur distance vis à vis des congés parentaux et leur faible recours à ces mesures.

Pour une meilleure gestion du temps.

La participation des femmes au marché du travail est un enjeu de l’égalité. Aujourd’hui, le modèle d’un couple où les deux membres sont actifs est fréquent. Les pères s’impliquent progressivement dans l’éducation des enfants, mais toujours très peu dans les tâches domestiques. Quant aux femmes, l’augmentation de leur temps de travail ne leur permet plus d’assumer les mêmes responsabilités qu’avant. Mais ce développement n’a pas permis une réelle égalité quant au partage des tâches domestiques en général. L’objectif est donc de renforcer le rôle des femmes dans l’emploi et celui des hommes dans la famille tout en développant l’offre des services pour une meilleure gestion du temps pour tous.
Un meilleur partage du temps passe par une politique familiale efficace, un haut niveau de prestations, un large éventail de structures d’accueil, la reconnaissance du temps hors travail par l’entreprise et le développement des congés familiaux. Dans cette optique, l’entreprise doit devenir actrice des politiques familiales en étant encouragée à développer des actions en faveur de la conciliation.

Mise à jour : Avril 2020.